Votre navigateur est trop ancien pour lire le JavaScript, merci de passer sur une version à jour
Sélectionner une page

Joël Krauss

image00012 Joël Krauss

Artiste peintre, dessinateur

Quand nous venons au monde, un éventail de possibilités s’ouvre à nous. Petit à petit nous découvrons, dans l’idéal, au gré de ceux qui nous entourent, un environnement familial, des paysages sociaux, un territoire rempli d’attraits. Ce qui va nous permettre de développer, en quelque sorte, nos potentialités personnelles, notre manière d’être au monde en exprimant notre sensibilité. Mais l’idéal et la réalité souvent divergent et notre sensibilité et notre manière d’être au monde s’en trouvent affectés et malmenés.

Dans le tourbillon de la vie nous nous engageons, sur un chemin de circonstances. Des événements jalonnent notre chemin et nous font prendre conscience, parfois progressivement, parfois brutalement, que notre sensibilité n’y trouve pas son compte. Que notre individualité et notre créativité ne trouvent que difficilement la possibilité de s’exprimer pleinement. Alors vient l’envie de s’engager dans une tentative d’approche de l’expression de la sensibilité profonde qui représente notre véritable individualité. Pour moi ce fut la décision de partir sur un nouveau chemin à la mort de mon père, en m’engageant de plus en plus dans un mode d’expression que je pratiquais depuis longtemps, lorsque que mes parents m’avaient offert, pour mes 14 ans, une boite de peinture à l’huile.

 

Voici un demi-siècle que j’essaie de comprendre, à partir de la pratique et de l’enseignement de la peinture et de l’architecture, ce qui fonde et sous-tend une démarche créative. Mais aussi de découvrir les procédures mentales qui semblent animer et développer la créativité. Prenant comme référence ma pratique du projet architectural, un ensemble de données sont à prendre en compte, données qui ne sont pas sommables. J’ai pris conscience que le cerveau répondait à la sommation des données et des contraintes qui fondaient un projet par le sens à donner à ce projet. Le sens va alors permettre le choix de la volumétrie, de l’orientation, du rapport des volumes intérieurs à l’espace extérieur, du type de structure, des matériaux. Le projet s’inscrira alors dans un lieu, et dans le sens d’un lieu, en y apportant sa ponctuation. Le peintre, comme toute personne, par sa vie, s’imprègne d’un lieu, d’un cadre de vie, de relations à des personnes. En permanence sa sensibilité profonde vibre et son cerveau enregistre des émotions qui, au total, donnent un sens à sa vie. Il me semble pouvoir écrire aujourd’hui, alors que ma quatre vingt cinquième année se termine, qu’un peintre, dans l’acte de peindre, tente de se donner à voir et donner à voir, sa sensibilité profonde, de se révéler en quelque sorte. Il me semble aussi que peindre c’est aussi rechercher une certaine liberté, qui se matérialise par une liberté d’expression dans l’assemblage des couleurs et dans les traces du pinceau.

Pour le peintre que je suis devenu, je résumerais cette pensée, que peindre est pour moi, la possibilité de créer un poème coloré, une sorte de territoire qui donne envie d’être parcouru du regard pour y découvrir des chemins d’émotions, sans cesse nouveaux au gré des états d’âme, au gré des variations de la lumière.